Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Euronav intègre la côte Est du Canada dans les mesures de protection des baleines franches

Euronav, un Important opérateur de pétroliers, a demandé à tous ses capitaines de respecter les mesures volontaires de protection des baleines dans trois zones d’habitat critiques : la côte est du Canada, la côte californienne et la fosse hellénique. Le transporteur anversois s’est associé à la Great Whale Conservancy (GWC), une organisation environnementale à but non lucratif dédiée à la protection des grandes baleines.

Deux espèces menacées, la baleine franche de l’Atlantique Nord et le cachalot de la Méditerranée orientale, sont particulièrement connues pour être touchées par les collisions avec des navires.

Les baleines ont connu une baisse massive de leur nombre en raison de la chasse industrielle aux XIXe et XXe siècles jusqu’à ce qu’une interdiction internationale soit imposée en 1986. Aujourd’hui, seules environ 400 baleines franches sont encore connues pour avoir survécu.

Des mesures volontaires standard pour la navigation à proximité des principales zones d’habitat des baleines existent, mais ne sont pas universellement respectées.

« Nos navires resteront en dehors des habitats critiques où ces baleines se reproduisent, se nourrissent et allaitent leur progéniture », a déclaré le PDG d’Euronav, Hugo De Stoop. « Ces déviations ont très peu d’impact économique négatif pour les armateurs, y compris nous-mêmes, donc éviter ces zones est vraiment une question de faire attention au problème plutôt que de faire un gros sacrifice économique. Ces trois domaines sont le début, mais nous regardons vers d’autres régions du monde où nos navires passent régulièrement.

Dans les Instructions aux capitaines de 2022, M. De Stoop a déclaré qu’il espérait que d’autres compagnies maritimes suivraient si la politique s’avérait simple à mettre en œuvre. Si cela fonctionne dans la pratique, cela pourrait inciter les décideurs politiques à rendre les mesures obligatoires et à garantir des conditions de concurrence équitables pour tous les armateurs.

 « Si d’autres compagnies maritimes suivent l’exemple d’Euronav, nous serons plus qu’heureux de les aider. Nous avons l’expérience scientifique et nautique dans notre équipe pour aider toute compagnie maritime dans cette affaire. Nous croyons fermement que ce problème ne peut être résolu que de l’intérieur l’industrie », a déclaré Michael Fishbach, fondateur de la Great Whale Conservancy. (Photo Nick Hawkins, Oceana)

Déchargeant du pétrole brut à la raffinerie Jean Gaulin de Energie Valero à Lévis, QC, le Cap Québec d’Euronav est un visiteur régulier de la côte est du Canada. Photo: Pierre Terrien

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories