Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Le président-directeur général de Davie souligne l’urgence de défendre la souveraineté canadienne dans l’Arctique 

Prenant la parole aujourd’hui devant le Conseil de relations internationales de Montréal (CORIM), James Davies, président-directeur général du Chantier Davie, a souligné l’urgence de défendre la souveraineté canadienne dans l’Arctique dans le contexte mondial instable actuel.

“Le temps presse”, a-t-il déclaré. “C’est une période volatile et les gens sont inquiets à juste titre. Le rôle de Davie est de fournir les actifs stratégiques pour aider à relever les défis complexes auxquels le Canada est confronté. Ces priorités comprennent les changements climatiques, l’Arctique canadien, la souveraineté, le commerce et la sécurité frontalière. De plus, nous ne devons pas oublier le rôle de soutien et d’engagement avec les communautés du nord du Canada.

De toute évidence, les brise-glaces que Davie construira auront un rôle important à jouer pour répondre à ces priorités stratégiques dans l’Arctique.

Le changement climatique est le principal catalyseur, l’Arctique se réchauffant environ 2,5 fois plus vite que la moyenne mondiale. Cela rend rapidement les eaux du Nord plus navigables, ouvrant l’accès au Nord comme jamais auparavant dans l’histoire de l’humanité. Cela offre à son tour de grandes opportunités potentielles, notamment de nouvelles routes maritimes, l’accès à de nouvelles pêcheries et, bien sûr, aux ressources naturelles.

Mais pour chaque opportunité, de nouveaux problèmes et menaces émergent également », a déclaré M. Davies.

« La coopération arctique traverse une période difficile, remettant en cause l’ordre fondé sur des règles dont nous bénéficions depuis tant d’années. Les anciens ennemis, avec qui le Canada partage un océan, font leur apparition, tandis que de nouvelles forces se font également remarquer.

L’Ukraine fait la une des journaux, mais la Russie a également régulièrement renforcé sa position stratégique dans l’Arctique. L’Arctique représente déjà 10 % du PIB total de la Russie, vers 2021, il était de 180 milliards de dollars américains, et génère 20 % des recettes d’exportation totales. La Russie ne s’arrête pas là, par exemple, bon nombre de ses plus grands projets pétroliers et gaziers en cours et prévus se situent au-dessus du cercle polaire arctique. Il s’attend également à contrôler une grande partie de l’énorme changement dans les flux commerciaux provoqué par le recul des glaces ouvrant des voies de navigation entre la mer du Nord et l’Atlantique avec le Pacifique. Une route, le passage du Nord-Ouest, traverse les eaux territoriales du Canada. L’autre, la route commerciale du Nord-Est, offre d’énormes économies potentielles de temps et de coûts pour le commerce, et la Russie en revendique la majeure partie pour elle-même en l’appelant la «route maritime du Nord».

L’offensive croissante de la Russie et le facteur chinois

« Pour le contexte, comprenez que la Russie a rouvert des bases militaires soviétiques datant de la guerre froide, construit de nouveaux aérodromes et ports en eau profonde, le tout dans ou à proximité de l’Arctique. Ses flottes de sous-marins nucléaires et de brise-glaces à propulsion nucléaire patrouillent dans la région d’une manière que personne d’autre ne fait, ou ne peuvent peut-être pas faire ! Et puis il y a la Chine.

La Chine a littéralement faim des ressources énergétiques, des richesses minérales et des zones de pêche de l’Arctique ; lieux de pêche appelé “le plus grand entrepôt de protéines biologiques au monde”. La Chine s’est déclarée « État proche de l’Arctique » et cherche à participer, à un niveau très profond, à la gouvernance de la région. Il construit également une flotte de brise-glaces de pointe pour soutenir ces objectifs.

Avant l’Ukraine, Moscou et Pékin avaient coopéré sur la “Route de la soie polaire”, étendant l’initiative “la Ceinture et la Route” du président Xi pour englober à la fois l’Antarctique et l’Arctique.

La militarisation par la Chine de la mer de Chine méridionale, à titre d’exemple de comportement futur potentiel, a amené l’Australie à signaler ses préoccupations dans cette région en modifiant ses achats de sous-marins de la propulsion conventionnelle à la propulsion nucléaire. Qui à son tour a été soutenu stratégiquement par les États-Unis et le Royaume-Uni.

Pris ensemble, ces signaux montrent clairement que le Canada doit activement et immédiatement protéger ses intérêts et sa souveraineté dans l’Arctique ».

 

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Email
Scroll to Top