En cette Journée des gens de mer 2020, un cri du coeur de l’ECSA et de L’ETF: Qu’ils rentrent chez eux!

Photo: ECSA

Les associations d’armateurs de la Communauté européenne (ECSA) et la Fédération européenne des travailleurs des transports (ETF) plaident pour que l’UE commence à agir pour résoudre la crise actuelle du changement d’équipage

Il semble que tout le monde soit au courant de la situation à l’heure actuelle – en raison des restrictions de voyage du COVID-19, les marins du monde entier ont eu du mal à être remplacés par d’autres équipages et à être rapatriés . Spécifiquement pour l’Europe, la capacité très limitée de délivrer des visas pour entrer dans l’espace Schengen sera un goulot d’étranglement majeur une fois les restrictions de voyage levées. Pourtant, malgré le niveau élevé de sensibilisation et de couverture médiatique , le problème persiste.

« Dans certains cas, les gens de mer sont désormais confinés à des navires pendant des mois au-delà de leur temps contractuel en mer », a déclaré Estelle Brentnall, chef des services maritimes de l’ETF. « Des centaines de milliers de gens de mer souhaitent faire partie des changements d’équipage en ce moment – ce qui signifie des centaines de milliers de vies qui sont directement affectées par l’inaction et le manque de coordination des États du monde entier. Des centaines de milliers de travailleurs maritimes qui ne peuvent pas passer le temps avec leurs proches ou, d’autre part, ne peuvent pas se rendre au travail . »

Les restrictions de voyage ont également limité les déplacements des gens de mer par d’autres moyens. En plus de ne pas pouvoir rentrer chez eux après la fin de leur contrat, ils se voient souvent refuser un congé à terre ou, dans certains cas, ont du mal à obtenir des soins médicaux. Les droits fondamentaux de l’homme et des travailleurs sont en jeu, et il ne suffit pas de blâmer la situation pour la pandémie. Malgré la crise, les marins sont assurés que les marchandises étaient livrées. Malgré la crise, ils ont travaillé. Il est inacceptable qu’en dépit de la crise, les États ne sont pas passés de moyens de les ramener chez eux.Donner aux gens de mer un moyen de rentrer chez eux, de recevoir des soins médicaux et de prendre un congé à terre est une décence fondamentale.

«Les gens de mer sont les 2 millions de travailleurs qui ne dépendent pas du commerce mondial, qui travaillent sur les navires qui transportent plus de 80% du commerce mondial en volume. Ils ont rempli leur part de leur contrat. Désormais, les gouvernements doivent s’assurer qu’ils sont à leur tour respectés », commente Martin Dorsman, secrétaire général de l’ECSA.

Le jour des gens de mer, nous appelons les institutions européennes et les États membres à prendre immédiatement des mesures coordonnées pour garantir que les gens de mer peuvent entrer chez eux, avoir accès à des congés à terre et à des soins médicaux.

Il n’est pas nécessaire de réinventer la roue – les partenaires sociaux, l’ETF et l’ECSA ont déjà détaillé les mesures à prendre pour faciliter la délivrance des visas pour entrer dans l’espace Schengen, et ont exhorté les États membres de L’UE à faciliter les changements d’équipage et à fournir des soins médicaux . Dans le même temps, l’Organisation maritime internationale a approuvé plusieurs protocoles pour faciliter le processus. Une action efficace et coordonnée se fait attendre depuis longtemps.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Share on email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories