Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Des projets de loi américains pourraient dévaster l’industrie des croisières en Colombie-Britannique

 

Trois projets de loi déposés au Sénat américain visent à permettre aux navires de croisière battant pavillon étranger de contourner la Colombie-Britannique lors de leurs voyages en Alaska, portant un sérieux coup au secteur touristique de plusieurs milliards de dollars de la province.

Les lois actuelles permettent temporairement aux navires de voyager directement entre les ports américains sans toucher un pays étranger. Si les projets de loi déposés à la fin de la semaine dernière par le sénateur Mike Lee (R-Iowa) sont adoptés, cela signifie que les voyages Seattle-Alaska pourraient définitivement sauter des escales à Victoria et à Vancouver.

En 2019, avant que COVID-19 ne mette virtuellement fin à l’industrie mondiale des croisières, Vancouver a accueilli plus d’un million de passagers lors de 288 visites de navires à destination de l’Alaska. Victoria a accueilli plus de 700,000 passagers lors de 257 escales de navires de croisière. On estime que chaque visite génère 3 millions de dollars en affaires économiques locales.

 Selon la Cruise Lines International Association, les données montrent que l’impact économique direct et indirect sur l’ensemble de la province dépasse 2,7 milliards de dollars.

Le Congrès américain a récemment adopté à l’unanimité l’Alaska Tourism Restoration Act pour permettre temporairement aux navires de croisière effectuant des voyages en Alaska de contourner la Colombie-Britannique après que les autorités d’Ottawa ont interdit à ces navires d’accoster au Canada pour limiter la propagation du COVID-19. Le président Biden a approuvé le projet de loi.

Cette loi devrait cesser d’être en vigueur lorsque le Canada lèvera son interdiction des escales de grands navires de croisière. Cette interdiction a été prolongée jusqu’au 28 février 2022.

Ian Robertson, PDG de l’Administration portuaire du Grand Victoria, a publié vendredi dernier une déclaration exhortant Ottawa à mettre fin à son interdiction des navires de croisière d’ici l’automne, créant suffisamment de certitude réglementaire pour permettre à l’industrie de reprendre pleinement ses activités d’ici 2022.

Une telle décision, a-t-il dit, devrait coïncider avec la réouverture de la frontière canado-américaine aux voyageurs.

« Nous ne pouvons pas nous permettre de jouer à la roulette avec quelque chose qui est une bouée de sauvetage économique vitale pour notre province », a déclaré M. Robinson.

« Ce nouveau projet de loi préoccupe davantage la Colombie-Britannique et les Canadiens » que les mesures temporaires, a reconnu le ministre des Transports de la Colombie-Britannique, Rob Fleming.

La loi de 1886 sur les services de navires à passagers (PVSA) inflige aux armateurs battant pavillon étranger des amendes de 762 $ US par passager s’ils programment des traversées qui ne font escale que dans les ports américains. Cela a contribué à déclencher un commerce en plein essor pour certains ports canadiens.

La justification initiale de PVSA était de protéger le secteur américain de la construction navale. Comme son successeur de la marine marchande, le Jones Act de 1920, il restreint les escales entre les ports américains aux navires battant pavillon américain et construits aux États-Unis.

Mais aujourd’hui, aucun chantier naval américain ne fabrique de navires de croisière. Ainsi, aucun nouveau navire de croisière n’est autorisé à voyager entre deux ports américains sans s’arrêter dans un port étranger.

« Le PVSA est une mauvaise nouvelle », a déclaré le sénateur Lee dans un communiqué du 10 juin. «Cette loi obscure profite au Canada, au Mexique et à d’autres pays qui reçoivent un trafic maritime accru, au détriment des travailleurs américains dans nos villes, villages et ports côtiers.»

 «Dans le contexte des paquebots, cette loi » protectionniste »ne protège littéralement personne, car il n’y a pas eu de navire de croisière construit dans le pays depuis plus d’un demi-siècle. La PVSA est une mauvaise économie et une mauvaise loi, et il est loin le temps que le Congrès le reconsidère». (Photos VFPA et GVHA)

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email