Concept de maison innovant de Cambridge Bay pour la toundra arctique

Afin de vous donner un avant-gout de la nouvelle édition de Maritime Magazine (98), présentement sous presse, voici la nouvelle chronique de l’Arctique de notre spécialiste des affaires nordiques, Carroll McCormick. Photo ci-dessus de Cambridge Bay: Jane George

Le logement dans l’Arctique laisse beaucoup à désirer et il n’y a pas assez de maisons familiales pour tout le monde. «Il y a un besoin criant pour davantage de logements. Nous avons des groupes de 10 à 15 personnes vivant sous le même toit. Il y a un surpeuplement grave », déclare Marla Limousin, directrice administrative de Cambridge Bay.

Déterminée à remédier à cela, Cambridge Bay, près de la frontière ouest du Nunavut, a conçu deux maisons fascinantes qu’elle commencera à fabriquer l’année prochaine. «L’idée de la petite maison / maison intelligente a été conçue lorsque, alors que la crise du logement avait été discutée lors d’une réunion du Conseil consultatif de la jeunesse des maires, un membre a déclaré qu’il n’avait jamais dormi dans un lit», dit Limousin.

«Nous travaillons sur deux modèles. L’une, une maison unifamiliale individuelle de deux chambres et d’environ 680 pieds carrés, répond aux besoins d’accès à la propriété et au logement abordable. L’autre, que nous appelons un «pod», compte quatre unités et favorisera le marché du logement social; par exemple, la santé mentale, les groupes de jeunes et les aînés. Ils se joignent à un bâtiment central et partagent un système mécanique, une buanderie et des installations de stockage. Cette zone centrale dispose d’un espace ouvert qui peut être adapté pour des réunions, des rencontres et des ateliers. Nous considérons ce pod comme un espace intergénérationnel où pourront se réunir différentes personnes pour s’entraider, ce qui est la façon de faire chez les Inuits », explique Marla Limousin.

Selon un reportage de CBC de 2019, environ 5 000 personnes au Nunavut attendent un logement social, et la moitié des 38 780 occupants du territoire vivent dans des maisons surpeuplées.

Mason White, Faculté d’architecture, de paysage et de design de l’Université de Toronto, et Lola Sheppard, École d’architecture de l’Université de Waterloo, dans un essai intitulé Arctic Architecture: Standards, Experiments, and Consensus,pour le livre publié en 2019 Canadian Modern Architecture: 1967-Present, discutent de l’histoire des structures permanentes de l’Arctique pendant ce qu’ils appellent le «colonialisme interne» du Nord. Ils décrivent les conceptions de logements introduites depuis les années 1950 comme «extrêmement insensibles aux structures sociales uniques de l’Arctique et au climat rigoureux».

Ils comprennent une unité de contreplaqué préfabriquée appelée «boîte d’allumettes» – une habitation chiche de moins de 300 pieds carrés. Un autre a été nommé le 512 – en référence à son empreinte. «De toute évidence, l’intention était de fournir uniquement la structure et l’espace minimum qui pourraient être considérés comme un abri. La boîte d’allumettes et le 512 sont devenus une force coloniale unité par unité, ayant engendré des problèmes sociaux et culturels importants qui perdurent aujourd’hui », écrivent White et Sheppard.

Quand j’ai commenté l’adéquation pitoyable d’une si grande partie des logements du Nord en rapport au climat, les premiers mots de Mme Limousin ont été: «Oui, ce type de construction conçu au 20e siècle, complètement inadapté aux climats extrêmes, est tout simplement insensé!».

Mumilaaq Qaqqaq, députée libérale du Nunavut, a publié sur Facebook des photos de maisons montrant de la peinture écaillée, de la moisissure, des dégâts d’eau, etc. «L’infrastructure est horrible», écrit-elle.

M. White m’a écrit: «Le logement dans le Nord chez les Inuits est une question vitale, ayant un immense potentiel en vue d’améliorer tous les aspects de la vie et de la société ».

Les caractéristiques comprennent les fondations triodétiquesTM

La vision de Cambridge Bay est passionnante, d’après Mme Limousin. «La maison individuelle est de taille et de prix pour une petite famille qui souhaite entrer sur le marché du logement. Notre objectif visait un coût de moins de 200 000 $. Il a été conçu dans le but de garder nos jeunes dans la communauté. Ces derniers vont à l’école dans le sud et nous voulons qu’ils reviennent; actuellement ils ne peuvent le faire en raison d’une incapacité à vivre de façon indépendante ».

«Chaque maison individuelle dispose de deux chambres, chacune avec deux lits doubles intégrés. Nous avons mis un lit escamotable dans le salon. Si les parents dorment là-bas, il y a un lit pour eux… Beaucoup de gens couchent sur le canapé à cause de la surpopulation. Ils sont considérés comme des sans-abri cachés ».

Les autres caractéristiques comprennent la réutilisation des eaux grises, l’énergie solaire et éolienne, les panneaux structurels en mousse isolante, la collecte des eaux de pluie et les fondations triodétiquesTM, permettant à la maison de se déplacer au-dessus du pergélisol en mouvement tout en la protégeant.

L’espace central arrondi des pods reflète la préférence des aînés pour les maisons en forme d’igloo construites par les Inuits. Les unités indépendantes, qui se fixent à la nacelle centrale, chacune faisant face à 90 degrés de la suivante, respectent le désir des gens de ne pas vivre côte à côte – un problème culturel avec les plexes de ce monde (duplex triplexes, etc.).

De plus, en fabriquant les maisons, Cambridge Bay créera des emplois, gardera de l’argent en ville et procurera aux Inuits la fierté allant de pair avec la conception et la construction de leur maison par eux-mêmes.

 

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories