Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

CargoM demande l’intervention d’Ottawa dans la grève du port de Montréal

La grappe d’entreprises de logistique et de transport de Montréal, CargoM, s’est jointe aujourd’hui à d’autres cercles de l’industrie pour demander une intervention immédiate du gouvernement fédéral dans le conflit de travail au bord de l’eau au port de Montréal en facilitant et en accélérant les négociations entre les débardeurs en grève et l’Association des employeurs maritimes. Les débardeurs ont lancé une grève «indéfinie» lundi de cette semaine après une série d’arrêts de travail depuis début juillet.

«Ces tactiques de pression ont un impact sérieux sur la chaîne d’approvisionnement dans la chaîne d’approvisionnement du Grand Montréal et partout au Québec et en Ontario», a déclaré CargoM. «Cette grève et les tactiques de pression utilisées mettent en péril le bon fonctionnement de la chaîne d’approvisionnement et posent des risques importants pour notre économie et pour le maintien de plusieurs services essentiels tels que le transport de denrées alimentaires de base et de produits médicaux.

CargoM a souligné l’année déjà difficile causée par le blocus ferroviaire au début de 2020 ainsi que l’impact de la pandémie COVID-19.

«Cette instabilité est une réelle menace pour la compétitivité avec les grands hubs de la côte Est américaine», a-t-il déclaré, ajoutant: «Cette situation met en péril le secteur économique de la logistique et du transport de marchandises qui, dans le seul grand Montréal, représente plus de 70 000 emplois directs. , 50 000 emplois indirects et 6 000 entreprises. Plus de 110 millions de consommateurs desservis par notre chaîne d’approvisionnement subissent les conséquences négatives causées par cette grève et ces tactiques de pression. »

«Ce débrayage a non seulement de graves répercussions économiques, mais aussi des répercussions environnementales. Pour répondre aux demandes des clients, les entreprises doivent rapidement trouver des alternatives pour combler la fluidité de notre chaîne d’approvisionnement. Le recours à des alternatives au détriment de notre chaîne d’approvisionnement augmente les temps de trajet, ce qui à son tour augmente le coût du transport des marchandises et augmente considérablement les émissions de gaz à effet de serre », a déclaré Mathieu Charbonneau, directeur général de CargoM. (photo SCFP 375)

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Email
Retour haut de page