Banner
Banner
Banner
Banner
E-mail


New year marked by the entry into force of new amendments to MARPOL

L'entrée en vigueur de nouveaux amendements à MARPOL arrivent avec la nouvelle année

2019-01-08

Amendments to the bunker delivery note relating to the supply of marine fuel oil to ships which have fitted alternative mechanisms to address sulphur emission requirements entered into force on 1 January 2019.

The amendment enters into force as the shipping industry counts down to 1 January 2020, when the limit for sulphur in fuel oil will be reduced to 0.50% m/m outside emission control areas (ECAs), from 3.5% currently. The new limit under IMO's MARPOL treaty will have significant benefits for the environment and human health. In ECAS, the limit will remain at 0.10% m/m.

The amendments to Appendix V of MARPOL Annex VI are intended to address situations where the fuel oil supplied does not meet low sulphur requirements, but has been supplied to a ship which is using an alternative compliance method permitted under regulation 4 of MARPOL Annex VI ("Equivalents") to reduce the sulphur oxide emissions of the ship in order to comply with MARPOL requirements. An equivalent means may be abatement technology such as an exhaust gas cleaning system ("scrubber"), if accepted by the flag State of a ship as an alternative means to meet the sulphur limit requirement.

The bunker delivery note shall include a declaration signed and certified by the fuel oil supplier's representative that the fuel oil supplied is in conformity with regulation 18.3 of MARPOL Annex VI and that the sulphur content of the fuel oil supplied does not exceed: the limit outside ECAS (currently 3.50%, falling to 0.50% from 1 January 2020) under regulation 14.1; the limit in emission control areas (0.10% m/m) under regulation 14.4;  or the purchaser's specified limit value, on the basis of the purchaser's notification that the fuel oil is intended to be used:1, in combination with an equivalent means of compliance; or 2, is subject to a relevant exemption for a ship to conduct trials for sulphur oxides emission reduction and control technology research.
The 0.10% m/m limit applies in the four established ECAS: the Baltic Sea area; the North Sea area; the North American area (covering designated coastal areas off the United States and Canada); and the United States Caribbean Sea area (around Puerto Rico and the United States Virgin Islands).

 

In October 2018, IMO's Marine Environment Protection Committee (MEPC) adopted a further amendment to MARPOL Annex VI, which will prohibit the carriage of non-compliant fuel oil for combustion purposes for propulsion or operation on board a ship - unless the ship has an equivalent compliance method. This amendment is expected to enter into force on 1 March 2020, and will (among other things) amend the form of the International Air Pollution Prevention Certificate (IAPP Certificate), so that it specifies that, for a ship without an approved equivalent arrangement, the sulphur content of fuel oil carried for use on board the ship shall not exceed 0.50% m/m as documented by bunker delivery note. (See briefing 19/2018).

Also on 1 January 2019, amendments to MARPOL Annex VI to designate the North Sea and the Baltic Sea as emission control areas (ECAs) for nitrogen oxides (NOx) entered into force. Both ECAs will take effect on 1 January 2021, and will result in considerably lower emissions of NOx from international shipping in those sea areas.
In NOx emission control areas, ships are subject to so-called "Tier III" controls to limit NOx emissions.
Data collection on fuel oil consumption begins

From 1 January 2019, ships of 5,000 gross tonnage and above need to start collecting data on their fuel-oil consumption, under the mandatory data collection reporting requirements which entered into force in March 2018.

The MARPOL Annex VI regulation on Collection and reporting of ship fuel oil consumption data requires ships of 5,000 gross tonnage and above to collect consumption data for each type of fuel oil they use, as well as other, additional, specified data including proxies for transport work. 
The aggregated data is reported to the flag State for each calendar year and the flag State, having determined that the data has been reported in accordance with the requirements, issues a Statement of Compliance to the ship.  Flag States are required to subsequently transfer this data to an IMO Ship Fuel Oil Consumption Database. IMO is required to produce an annual report to the MEPC, summarizing the data collected.

The data collection system is one of the measures taken which will support the implementation of IMO's Initial IMO Strategy on Reduction of GHG Emissions from Ships, adopted in 2018. The ships covered by the regulation represent approximately 85% of the total CO2 emissions from international shipping. The data collection system is intended to support the three-step approach towards addressing CO2 emission from international shipping: data collection, data analysis, followed by decision-making on what further measures, if any, are required.
Solid bulk cargoes (IMSBC) code 2017 amendment enters into force

The 2017 set of amendments (04-17) to the International Maritime Solid Bulk Cargoes Code (IMSBC Code) cargoes entered into force on 1 January 2019.
The amendments include requirements for the shipper to declare whether or not a solid bulk cargo, other than grain, is harmful to the marine environment.
Other amendments include updated carriage requirements for a number of specific cargoes and amendments to highlighting the responsibility of the shipper for ensuring that a test to determine the transportable moisture limit (TML) of a solid bulk cargo is conducted. Photo By Marc Ryckaert - Own work, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=51232559


Le 1er janvier 2019 a été marqué par l'entrée en vigueur d'amendements à la note de livraison de soutes relative à l'approvisionnement en fuel-oil marine des navires qui utilisent des méthodes équivalentes pour satisfaire aux prescriptions de la Convention internationale pour la prévention de la pollution par les navires (MARPOL) sur les émissions de soufre.
Ces amendements entrent en vigueur alors même que les acteurs du secteur maritime se préparent dans la perspective du 1er janvier 2020, date à laquelle la limite de la teneur en soufre du fuel-oil utilisé à bord des navires exploités en dehors des zones de contrôle des émissions (ECA) sera abaissée à 0,50 % m/m (masse par masse), contre 3,5 % m/m actuellement. Cette nouvelle limite aura une incidence extrêmement positive sur l'environnement et la santé humaine.

Au sein de ces zones de contrôle des émissions (ECA), la teneur en soufre autorisée est d'ores et déjà limitée à 0,10 % m/m.
Les amendements à l'appendice V de l'Annexe VI de MARPOL ont vocation à couvrir les situations où le fuel-oil livré ne satisfait pas aux prescriptions relatives à la teneur en soufre, mais où celui-ci a été livré à un navire qui utilise une des méthodes équivalentes autorisées en vertu de la règle 4 de l'Annexe VI de MARPOL (« Équivalences ») pour réduire ses émissions d'oxydes de soufre (SOx) et satisfaire ainsi aux prescriptions en question. Un navire peut avoir recours à diverses techniques de réduction des émissions, comme les dispositifs d'épuration des gaz d'échappement (ou « épurateurs »), à condition qu'elles soient reconnues par l'État du pavillon comme méthodes équivalentes permettant de satisfaire auxdites prescriptions.  
La note de livraison de soutes devra contenir une déclaration signée par le représentant du fournisseur du fuel-oil attestant que le fuel-oil livré est conforme à la règle 18.3 de l'Annexe VI de MARPOL et que sa teneur en soufre ne dépasse pas : la valeur limite en vigueur en dehors des ECA (3,5 % m/m actuellement et 0,50 % m/m à partir du 1er janvier 2020), en vertu de la règle 14.1 ; la valeur limite en vigueur au sein des ECA (0,10 % m/m), en vertu de la règle 14.4 ; ou la valeur limite spécifiée par l'acquéreur, sur la base de la notification de l'acquéreur selon laquelle le fuel-oil : est censé être utilisé en association avec un moyen équivalent d'assurer le respect des dispositions ; ou fait l'objet d'une exemption pertinente accordée à un navire pour lui permettre d'effectuer des essais pour la recherche de techniques de réduction et de contrôle des émissions d'oxydes de soufre des navires.

La limite de 0,10 % m/m s'applique à l'intérieur des quatre ECA existantes : la zone de la mer Baltique ; la zone de la mer du Nord ; la zone de l'Amérique du Nord (couvrant les zones côtières désignées au large des États-Unis et du Canada) ; et la zone maritime caraïbe des États-Unis (soit les eaux entourant Porto Rico et les Îles Vierges américaines).
Au mois d'octobre 2018, le Comité de la protection du milieu marin (MEPC) de l'OMI a adopté d'autres amendements à l'Annexe VI de MARPOL visant à interdire le transport, aux fins de combustion, de fuel-oil non conforme destiné à être utilisé pour la propulsion ou l'exploitation du navire - sauf si ce dernier utilise une méthode équivalente pour respecter les dispositions. Ces amendements, qui entreront en vigueur le 1er mars 2020, modifieront notamment le Certificat international de prévention de la pollution de l'atmosphère (Certificat IAPP) afin qu'il y soit précisé que, dans le cas d'un navire qui n'utilise pas de disposition équivalente, la teneur en soufre du fuel-oil transporté à bord ne doit pas dépasser la limite de 0,50 % m/m, comme en atteste la note de livraison de soutes. Cliquez ici pour lire le communiqué de presse à ce sujet.

Plusieurs amendements à l'Annexe VI de MARPOL visant à désigner la mer du Nord et la mer Baltique comme zones de contrôle des émissions (ECA) d'oxydes d'azote (NOx) sont également entrés en vigueur le 1er janvier 2019. Ces deux ECA prendront effet le 1er janvier 2021 et permettront de réduire considérablement les émissions de NOx produites par les navires dans ces zones maritimes. À l'intérieur des zones de contrôle des émissions de NOx, les navires sont soumis aux contrôles du niveau III pour limiter leurs émissions d'oxydes d'azote.

Collecte des données relatives à la consommation de fuel-oil des navires
Depuis le 1er janvier 2019, les navires d'une jauge brute égale ou supérieure à 5 000 sont tenus de recueillir les données relatives à leur consommation de fuel-oil, conformément aux prescriptions obligatoires sur le système de collecte des données entrées en vigueur en mars 2018.

En vertu de cette nouvelle règle de l'Annexe VI de MARPOL, « Collecte et notification des données relatives à la consommation de fuel-oil du navire », les navires d'une jauge brute égale ou supérieure à 5 000 doivent recueillir les données relatives à la consommation de chaque type de fuel-oil utilisé à bord, ainsi que d'autres données spécifiées comme, par exemple, les indicateurs indirects pour les activités de transport.

Les données agrégées doivent être communiquées à l'État du pavillon à la fin de chaque année civile. Après avoir déterminé que ces données ont été communiquées dans le respect des prescriptions, l'État du pavillon délivre une déclaration de conformité au navire. Les États du pavillon sont ensuite tenus de transférer ces données dans la base de données de l'OMI sur la consommation de fuel-oil des navires. L'OMI doit quant à elle présenter un rapport annuel au MEPC rendant compte des données recueillies.
Ce système de collecte des données est l'une des mesures prises pour soutenir la mise en ?uvre de la Stratégie initiale de l'OMI concernant la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) provenant des navires, adoptée en 2018. Les navires visés par cette règle produisent environ 85 % du total des émissions de CO2 provenant des transports maritimes internationaux. Le système de collecte de données s'inscrit dans le cadre d'un processus en trois étapes qui permettra de réduire les émissions de CO2 provenant des transports maritimes internationaux : collecte des données ; analyse des données ; et prise de décision relative aux mesures supplémentaires à adopter, le cas échéant.

Entrée en vigueur des amendements de 2017 au Code IMSBC
Les amendements de 2017 (04-17) au Code maritime international des cargaisons solides en vrac (Code IMSBC) sont entrés en vigueur le 1er janvier 2019.
Ces amendements comportent des prescriptions en vertu desquelles l'expéditeur est tenu de déclarer si les cargaisons solides en vrac transportées, autres que les grains, sont nuisibles ou non pour le milieu marin.

D'autres amendements prévoient des prescriptions de transport actualisées pour un certain nombre de cargaisons spécifiques ainsi que des modifications soulignant qu'il incombe à l'expéditeur de s'assurer qu'un essai permettant de déterminer la teneur limite en humidité admissible aux fins du transport d'une cargaison solide en vrac est effectué.? Photo: By Marc Ryckaert - Own work, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=51232559
___________

 
Banner
Banner
Banner
Banner
Banner
Banner